Back to school #3 : Comment gérer son budget étudiant ?

Coucou tout le monde ! Aujourd’hui je reviens avec un sujet qui me préoccupe pas mal en tant qu’étudiante : la question de l’argent. En effet , tout bon étudiant qui se respecte est confronté tôt où tard à cette inévitable question : comment gérer mon « petit » budget étudiant ? Je vais donc tenter , via cet article , de vous donner quelques conseils 🙂

Gérer son budget : un peu d’organisation.

Je vais m’inspirer pour cette rubrique de mon propre budget.

Recettes 

  • Bourse CROUS : 445 euro / mois
  • APL ( aide personnalisée au logement ) : 233 euro / mois
  • Aide logement parents : 100 euro / mois

Dépenses

  • Loyer : 400 euro / mois
  • Courses / Alimentation : 120 euro / mois
  • Abonnement salle de sport : 30 euro / mois
  • Laverie : 30 euro/ mois
  • Budget sorties/ extras  : 50 euro / mois

Au terme du mois , il reste sur mon compte environ 150 euro qui me servent à gérer les coups durs ( j’ai été bien heureuse d’avoir de l’argent de côté lorsque je me suis fait voler mon portable l’année dernière , croyez moi 🙂 ) .

Quel est le but de ce calcul ? Vous montrer tout simplement que tout est une question de rigueur . Il suffit juste de prendre 10 minutes et de dresser sur une feuille votre tableau de recettes et de dépenses. Cela vous permettra de mieux connaître votre budget mensuel.

 

Carte bancaire ou espèces ?

Mon principal problème avec la carte bancaire , c’est que je me rends pas compte de l’argent que je dépense . Cela peut vite devenir un problème , surtout si on veut tenir un budget avec rigueur.Du coup , j’ai opté pour une autre solution : retirer chaque début de mois la somme dont j’ai besoin. Pour ma part , je paye mon loyer par chèque et mon abonnement à la salle de sport est débité automatiquement. Du coup , je retire 200 euro , et ce chaque début de mois. Ensuite , je répartis l’argent dans trois enveloppes distinctes correspondant aux pôles de dépense.

Et je ne touche plus à ma carte bancaire , sauf en cas d’urgence ( rendez-vous chez le médecin par exemple).

Et les jobs étudiants ? 

Les jobs étudiants entrent en jeu lorsqu’on a vraiment du mal à boucler les fins de mois.

Babysitting

Il y a bien sûr l’éternel babysitting .Le point positif est qu’on peut être payé en espèces , atout non-négligeable surtout lorsqu’on est boursière comme moi . Cela peut-être occasionnel ( quelques soirées dans le mois) comme régulier ( sur des plages horaires régulières).Vous pouvez par exemple déposer des annonces via ces sites :

Les autres jobs

Certaines entreprises proposent des contrats adaptés aux étudiants ( après les cours , le week-end). Le tout est de postuler et de s’armer de patience . Par contre , il faut veiller à éviter les jobs chronophages , pouvant entâcher le suivi de vos études.

Les jobs estivaux

Pour ma part , si je devais travailler , je choisirais plutôt cette option . Effectivement , cela me permettrait de mon consacrer pleinement à mes études durant l’année universitaire.

Le must serait évidemment de placer l’argent sur son compte épargne et de programmer des virements mensuels vers son compte courant . Une bonne astuce pour ne pas griller son argent dès les premiers mois 🙂

 

 

Publicités

Back to school #2 : l’importance du sommeil lors des études

Coucou tout le monde ! Aujourd’hui j’entame mon deuxième article de ma série Back to School , et j’ai donc décidé de me pencher sur l’importance du sommeil lors des études . Mon article s’inspire beaucoup de mon expérience de l’année dernière , lorsque j’étais en classe préparatoire , mais il est évidemment applicable aux étudiants , lycéens et collégiens 🙂 

En effet , nous savons très bien qu’il faut dormir environ 8 heures par nuit.Malheureusement , nombreux sont les étudiants à tarder ( à beaucoup trop tarder) afin de boucler leur travail. Ce n’est pas forcément la solution. J’ai passé pas mal de nuits à bosser mes cours l’année dernière et je peux vous dire que je n’en tirais pas de bénéfices notables. Certes , le travail était fait , mais à quel prix ? La fatigue s’accumulant , j’avais de plus en plus de mal à me réveiller le matin . Je me traînais pour aller en cours et une fois là-bas , c’était pas mieux. J’étais certes là physiquement , mais mentalement ,j’étais clairement ailleurs ! Disons que je pensais plutôt à mon lit durant ces moments-là 🙂

Mais le moment où j’ai le plus poussé le vice a été durant les seconds concours blancs . Résultat : Sur 5 heures de composition d’histoire , j’ai passé 1 heure à l’infirmerie tant je me sentais mal.C’est malin. 

L’unique conseil que je peux vous donner est d’éviter la procrastination. Il n’y a rien de pire que de faire les choses au dernier moment , c’est le meilleur moyen pour faire nuit blanche :@ 

Du coup , il faut essayer de rester organisé le mieux possible. Faire dans la mesure du possible ses travaux en avance : la tâche sera alors bien moins lourde et le travail rendu sera de meilleur qualité ( puisque vous aurez eu plus de temps pour peaufiner vos recherches dans des bibliothèques par exemple , ou bien alors votre style littéraire sera bien mieux développé ) . En ce qui concerne les partiels et les concours blancs , je ne peux que vous donner le même conseil : un apprentissage fait sur la durée est bien mieux assimilé que celui fait la veille de l’examen . De plus , vous serez bien plus réactifs le jour de l’examen et pourrez réellement donner le meilleur de vous même .