Se sevrer du sucre

J’ai été une véritable accro au sucre , et ce pendant des années.J’avais toujours besoin de ma note sucrée en fin de repas et , lorsque j’entamais quelque chose de sucré ( biscuits , gâteaux , chocolats ) , il était très difficile pour moi de me contenir : la boîte se vidait à vue d’oeil.Pire même , j’avais « besoin » de sucre.

Je n’ai pas vraiment prêté attention à la question du sucre dans la première phase de mon rééquilibrage alimentaire.Mais bon , il arrive un moment où il faut s’y confronter ! 

Petite introspection : j’étais clairement dépendante au sucre. Mais pas qu’un peu , en mode « petite gourmande » , non : il me fallait ma « dose ». C’était quelque chose dont je ne pouvais pas me passer dans la journée et bien souvent , il m’arrivait de sortir seulement dans le but d’aller chercher de quoi apaiser mon envie ( que ce soit en pleine journée ou même en soirée). Par ailleurs , l’utilisation du verbe « apaiser » prend tout son sens dans cette phrase : l’envie était seulement anesthésiée , elle réapparaissait tôt ou tard . Je devenais vite irritable et morose si je n’avais pas ma petite dose , car je ne pensais qu’à apaiser cette envie , ce « craving ».

Le constat me faisait un peu mal , mais c’était la vérité. 

Par contre , le plus dur a été le sevrage. 

Ah oui , en ce qui concerne le sevrage , je n’y suis pas allée de main morte.Suppression de tout ce qui avait un goût assez sucré en moins d’une semaine.Rien que ça. J’ai remplacé les céréales bourrées de sucre par des flocons d’avoine et je me suis contentée du sucre contenu dans les fruits. Je dois l’avouer , cela a été assez dur et pénible à supporter . C’est surtout à ce moment là que je me suis rendue compte du fait que je me servais du sucre pour compenser mon stress et mon anxiété . Une fois le sucre supprimé , il a fallu alors composer avec et accepter. 

Une fois que je me suis sentie assez sevrée , je suis entrée dans une deuxième phase de mon sevrage : réintroduire le sucré via d’autres formes et en quantités bien plus minimes . J’achète maintenant que très rarement des biscuits et des gâteaux industriels . J’utilise également du sirop d’agave ou du miel si j’ai envie d’une petite touche de sucré.

Et maintenant ? Maintenant je ne me sers plus du sucre comme défouloir , et mon corps m’en remercie . Je bois mon thé sans sucre et je prends l’habitude de faire mes propres pâtisseries afin de pouvoir doser moi-même la quantité de sucre utilisé ( sucre brun de préférence ou un peu de miel).Les gâteaux industriels me « dégoûtent » un peu aujourd’hui , petite preuve que le sevrage a été assez efficace 🙂 🙂 🙂 

 

Publicités

2 réflexions sur “Se sevrer du sucre

  1. Moi j’ai sevré tout le monde du sel ici, je n’en voyais pas l’intérêt vu que les aliments ont déjà leurs propres apports en sel. Et le sucre idem je réduit dans les gâteaux.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s